lumiro.net
Image default
Auto et Moto

Comment bien guider votre enfant pendant sa conduite accompagnée ?

Lorsque votre enfant atteint l’âge de conduire une voiture, il s’avère primordial de le préparer au mieux pour son examen. Pour y arriver, la conduite accompagnée est l’exercice idéal à effectuer. Elle permet à l’élève d’apprendre à conduire dans les situations quotidiennes afin d’obtenir facilement son permis de conduire.

Toutefois, la réussite du jeune conducteur dépend entièrement du savoir-faire de l’accompagnateur. Ce dernier doit prendre quelques dispositions importantes et transmettre parfaitement son expérience de la route. Voici des conseils pour bien guider votre enfant pendant sa conduite accompagnée.

Remplir quelques conditions en tant que guide

Bon nombre de parents s’engagent à accompagner eux-mêmes leurs enfants pour la mise en application des cours reçus à l’auto-école. Il s’agit d’une meilleure option pour réaliser des économies importantes. En effet, le tarif conduite accompagnée proposé par les auto-écoles en France peut grimper jusqu’à 2000 euros. Vous pourrez alors réduire le prix final du permis de conduire en apprenant à guider votre enfant pendant sa conduite accompagnée.

En premier lieu, il s’avère primordial de savoir qu’un accompagnateur en conduite constitue un enseignant. Vous devez assister votre enfant au volant pendant 3000 km au moins. Ainsi, le jeune conducteur pourra approfondir ses connaissances théoriques et pratiques.

En tant que guide, vous devez disposer d’un permis B datant de moins de cinq ans. De même, il est important de signer un contrat avec une école de conduite et d’obtenir une autorisation de votre compagnie d’assurances. Sachez également que votre casier judiciaire est un élément primordial à prendre en compte. Vous ne devez pas être condamné pour certains délits. Il s’agit de la conduite en état d’ivresse, homicides et blessures involontaires et délit de fuite.

Utiliser un véhicule adapté

Pour une meilleure conduite accompagnée, le véhicule choisi pour l’apprentissage doit être bien équipé. De ce fait, vous pourrez assurer une meilleure sécurité routière et éviter au maximum les accidents. L’idéal est de prendre des mesures préventives en équipant le véhicule de deux rétroviseurs supplémentaires en dehors des trois réglementaires. Ils doivent être installés au centre afin de vous permettre de mieux visionner tous les véhicules venant du côté droit. N’oubliez pas d’étiqueter l’arrière de votre voiture avec une mention « AAC » fournie par l’auto-école.

Sachez qu’en cas d’accident occasionné par le jeune conducteur, des sanctions peuvent intervenir. Celles-ci peuvent engendrer des retraits de points sur votre permis de conduire et le payement d’une amende. Vous devez alors faire preuve de vigilance.

Laisser l’apprenant acquérir de l’expérience sur la route

La conduite accompagnée doit être un exercice au bout duquel le jeune conducteur doit réussir son examen de conduite. C’est pourquoi en l’accompagnant, vous devez l’inciter à adopter de bonnes habitudes sur la route. Il est également primordial de le confronter à différentes situations. Par exemple, vous pouvez amener votre enfant à pratiquer la conduite de nuit ou lorsque le trafic atteint son pic.

En outre, la conduite sur plusieurs types de routes en ville comme en campagne constitue une bonne initiative. L’élève doit également apprendre à conduire dans toutes les conditions climatiques (pluie, brouillard, neige, etc.).

Faites l’effort de réviser les règles du Code de la route afin de mieux guider l’apprenant. Par exemple, les panneaux, les priorités et les vitesses sont des éléments importants à expliquer à votre enfant au volant.

Par ailleurs, il est important d’amener le jeune conducteur à adopter des gestes polis au volant. En effet, l’accompagnateur AAC doit non seulement aider l’apprenant à acquérir de l’expérience, mais aussi à développer de bons réflexes. Ainsi, il pourra facilement réussir son permis de conduire et devenir un conducteur prudent et consciencieux.

Maîtriser les comportements du jeune conducteur

Votre enfant peut adopter différents comportements que vous devez maîtriser lors de la conduite accompagnée. Il vous revient de bien les interpréter afin de réagir au moment opportun. Si votre enfant est du type à critiquer vos remarques ou se montre agressif, vous devez rester calme. Par la suite, faites l’effort de le ramener à la raison en lui montrant les conséquences de ses choix.

De même, vous devez faire preuve de sérénité si le jeune conducteur est de nature timide. Ainsi, vous pourrez éviter de lui apporter un stress supplémentaire. Par ailleurs, essayez de donner moins de conseils et ne critiquez pas les fautes de l’apprenant. N’hésitez surtout pas à l’encourager afin qu’il puisse conduire en toute autonomie.

En résumé, il est important d’accompagner votre enfant dans une atmosphère détendue. Ainsi, il pourra toujours prendre du plaisir à conduire.

Autres articles

Comment rendre sa carrosserie éclatante ?

Journal

Pourquoi opter pour des phares de travail à LED sur vos engins agricoles ?

administrateur

Où trouver des pièces d’auto d’occasion ?

Journal

Comment trouver une auto-école agréée CPF ?

Arnaud

Quel camping-car acheter en occasion ?

Journal

Jonathan Sicart : l’histoire d’une épopée entre mélodie et circuits automobiles

administrateur